La France, active à l’OMI depuis sa fondation

3ème État en matière de nombre de conventions ratifiées, la France joue un rôle très actif à l’OMI depuis sa création, en sa qualité de membre du Conseil réélu sans discontinuité, au titre de la catégorie des États présentant un grand intérêt pour le commerce maritime international.

JPEG

La France est active depuis longtemps en faveur de l’élaboration de normes internationales pour la sécurité et la sûreté des transports maritimes ainsi que de la prévention de la pollution des mers par les navires. Elle a ainsi participé à la négociation de la première version de la Convention SOLAS.

Elle dispose d’une représentation permanente, basée à Londres, dédiée à l’OMI, l’IMSO et aux FIPOL. Son large réseau d’experts lui permet de participer activement à toutes les sessions des comités et sous-comités, et également à la quasi-totalité des groupes de travail en présentiel ou par correspondance.

La France a ratifié la quasi-totalité des instruments de l’OMI, y compris les plus récents, comme la Convention de Hong-Kong sur le recyclage des navires. En 2018, elle a ratifié l’Accord du Cap sur la sécurité des navires de Pêche, la Convention et le Protocole SUA 2005, et en 2019 la convention STCW-F. Elle prépare actuellement la procédure de ratification de la convention SNPD.

21ème contributeur au budget de l’Organisation, la France apporte chaque année des contributions financières volontaires, par exemple pour la gestion des eaux de ballast ou encore pour le fonds multidonateurs pour la coopération technique sur les gaz à effet de serre.

PNG

publié le 30/04/2021

haut de la page