Une délégation française participe à la 44ème Réunion consultative des Parties contractantes de la Convention de Londres de 1972

JPEG

La représentation permanente de la France auprès de l’OMI accueille une délégation française qui participera cette semaine à la 44ème Réunion consultative des Parties contractantes de la Convention de Londres de 1972. Adoptée en 1972, elle est l’une des premières conventions internationales pour la protection du milieu marin contre les activités humaines. Sa finalité est double  : d’une part, l’interdiction d’immersion d’un grand nombre de déchets  ; d’autre part, l’encadrement par un régime de permis et de déclaration de l’immersion de certains déchets spécifiques, à l’image des boues de dragage des ports.

L’ordre du jour s’articule principalement autour de la réduction des déchets microplastiques. En outre, il sera examiné avec prudence la question de la séquestration du CO2 dans les formations géologiques du sous-sol marin. Il s’agit d’une technique d’atténuation du changement climatique, grâce à laquelle les émissions de CO2 sont captées à la source avant d’être injectées dans des formations rocheuses sous-marines soigneusement choisies pour la réalisation de ce mécanisme. Enfin, c’est la problématique de la géo-ingénierie maritime qui sera traitée, soit la manipulation volontaire à grande échelle de processus géologiques, géochimiques et climatiques visant à modifier les conditions environnementales, dans une dynamique d’atténuation des effets du changement climatique.

publié le 03/10/2022

haut de la page