Systèmes et équipements de navires

Le sous-comité des Systèmes et de l’équipement du navire SSE , (Ship Systems and Equipment) s’est réuni du 23 au 27 mars 2015. Ce sous-comité relève du Comité de la Sécurité maritime et prépare les travaux de ce comité.La réunion a eu lieu sous la présidence du Dr Susume Ota (Japon), réélu pour 2016, et la vice-présidence de M Kevin Hunter (Royaume-Uni ), remplacé par M Umut Sentürk (Turquie) pour 2016.

Sur les 3 thématiques principales correspondant aux 3 groupes de travail constitués (engins de sauvetage, appareils de levage et protection incendie), les points ci-dessous ont notamment été traités :

Nouveau cadre de prescriptions applicables aux engins de sauvetage

Des discussions ont eu lieu afin de mettre en place des dispositions obligatoires concernant les révisions périodiques et la maintenance des embarcations de sauvetage, des canots de secours, des engins de mise à l’eau et des dispositifs de largage afin de réduire les accidents liés à leur mise en œuvre.
Le projet n’a pas été validé lors de la séance plénière de clôture. Le débat de fond sur le rôle respectif des compagnies, des membres d’équipage et des prestataires pour les opérations de révision et de maintenance de ces équipements a été renvoyé au comité de la sécurité maritime.

S’agissant des directives en fonction d’objectifs relatives au cadre de prescriptions applicables aux engins de sauvetage, dans la mesure où l’OMI a élaboré des directives générales sur les normes en fonction d’objectifs (GBS) depuis l’inscription de ce point de l’ordre du jour, le groupe de travail a proposé au Comité de la sécurité maritime d’opérer un choix entre les deux options suivantes :

  • Mettre fin aux travaux sur le nouveau cadre de prescriptions applicables aux engins de sauvetage et prescriptions fonctionnelles des directives ;
  • Prendre en considération les travaux effectués en clarifiant les termes de référence et poursuivre les travaux visant à élaborer les prescriptions fonctionnelles conformément au plan de travail définit en annexe du rapport du groupe de travail.
Apparaux de levage

Des travaux se sont poursuivis visant à définir des règles dont la nature obligatoire ou facultative devrait être arbitrée lors du prochain Comité de la sécurité maritime.

Au cours de ce sous-comité, le cadre des travaux a été discuté et une approche étendue a été retenue avec quatre éléments essentiels :

  • Une application à tous les appareils de levage, pas uniquement ceux liés à la manutention de la cargaison. Exception faite toutefois des appareils faisant déjà l’objet de règles par ailleurs (bossoirs des engins de sauvetage, coupée, échelle de pilote,...).
  • Une application aux navires couverts par la Convention SOLAS même si les autres navires peuvent être concernés. Dans le cas d’une application obligatoire, ce serait via la convention SOLAS.
  • Une définition de l’"appareil de levage" tiré de la Convention 152 de l’Organisation internationale du travail.
  • Des règles qui ne se limitent pas aux inspections, à l’entretien et à la formation mais qui concernent aussi la conception et la construction.

Le rapport du sous-comité sera soumis au comité de la sécurité maritime en juin. Celui-ci devra se prononcer sur la portée obligatoire ou non et devrait valider un groupe par correspondance pour mettre au point le premier projet de texte.

Protection incendie
  • Ventilation des locaux à véhicules fermés, des espaces rouliers fermés et des locaux de catégorie spéciale

Un projet d’amendement à la règle II-2/20 de la convention SOLAS ainsi qu’un projet de texte révisé des Directives sur la conception des systèmes de ventilation des espaces rouliers à cargaison ont été finalisés et seront soumis au prochain Comité de la sécurité maritime (MSC 95) pour adoption.

Ces directives viendront remplacer la précédente version de 1996 contenue dans la circulaire MSC/circ 729. Elles introduisent notamment un contrôle de la qualité de l’air dans les garages au regard du monoxyde de carbone, des oxydes d’azote et de la limite inférieure d’explosivité.

Son application aux navires existants sera facultative. Les armateurs appliquant cette directive pourront faire des économies substantielles de combustible en réduisant la ventilation des espaces cargaisons aux valeurs minimum permettant de conserver une qualité d’air suffisante.

  • Normes de gestion des fumées

Un projet de norme de performance, de prescriptions fonctionnelles et de critères applicables au système d’évaluation des dispositifs de gestion de la fumée a été établi et sera soumis au Comité de la sécurité maritime.

Il devrait s’appliquer aux systèmes de gestion de la fumée installés à bord des navires à passagers neufs. Ces installations ne sont pas obligatoires, elles ont vocation à désenfumer les chemins d’évacuation.

  • Equipements de lutte contre l’incendie pour les hélisurfaces

De nouvelles exigences pour les installations de diffusion de mousse ont été agréées et seront présentées au MSC 95. Elles consistent en un projet de modification de la règle II-2/18 de la SOLAS, du code MODU ainsi qu’un projet de nouveau chapitre 17 du recueil FSS.

Ces exigences concernent les héliplate-formes (aire d’appontage pour hélicoptères spécialement construite ou une autre zone de pont, y compris l’ensemble des structures, les dispositifs de lutte contre l’incendie et tout autre matériel nécessaire pour que les hélicoptères puissent être exploités en toute sécurité).

Le dispositif à mousse doit comprendre au moins deux canons à mousse fixes ou deux ajutages à mousse intégrés dans le pont, ainsi qu’au moins deux dévidoirs de manche équipés d’une lance à mousse et d’une manche semi-rigide permettant d’atteindre n’importe quelle partie de l’héliplate-forme. Un taux minimal de projection du dispositif à mousse est calculé et la quantité d’émulseur doit être suffisante pour permettre le fonctionnement de tous les dispositifs de projection raccordés pendant au moins 5 minutes.

Des dispositions plus légères sont prévues pour les aires d’appontage occasionnelles ou les zones d’hélitreuillage.

Les gouvernements sont encouragés à mettre en œuvre ces dispositions le plus tôt possible.

  • Révision des prescriptions relatives aux dispositifs automatiques d’extinction par eau diffusée

Un projet de modification des directives révisées pour l’entretien et l’inspection des systèmes et dispositifs de protection contre l’incendie (MSC.1/Circ.1432) a été établi et sera soumis au MSC pour approbation. Il inclut notamment des dispositions sur la qualité de l’eau (vérification par analyse d’eau) ainsi qu’un nouveau logigramme, qui prend en compte l’âge de l’installation et les résultats des premières vérifications, pour la mise à l’essai et le remplacement éventuel des têtes de diffuseur et des ajutages à eau diffusée en brouillard.

Un projet d’amendement du chapitre 8 du code international pour les systèmes de lutte contre l’incendie ( code FSS) a également été élaboré afin d’ajouter une exigence de spécification de la qualité de l’eau par les fabricants afin de prévenir la corrosion interne.

L’étude doit néanmoins se poursuivre pour identifier les autres causes importantes de défaillance de ces installations (telle que la corrosion galvanique) ainsi qu’améliorer la conception de ces installations.

publié le 23/04/2015

haut de la page