Migrants et naufragés

Les 4 et 5 mars 2015, à l’initiative de son Secrétaire général, l’OMI a invité les autres organisations internationales concernées par le problème du sauvetage des migrants en mer à une réunion de haut-niveau inter-agences : Office des Nations Unies contre la Drogue et le Crime , Organisation Internationale du Travail, Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés, Organisation Internationale pour les Migrations, Programme des Nations Unies pour le Développement , Division des Nations Unies pour les Affaires Océaniques et le Droit de la Mer et Haut-Commissariat aux Droits de l’Homme

Des représentants de ces organisations ont décrit une situation préoccupante qui voit des millions de personnes fuir la pauvreté, les guerres, les persécutions, les bouleversements climatiques à une échelle jamais atteinte depuis la 2ème guerre mondiale.

Les migrations ont toujours existé et ont participé aux échanges culturels comme au développement des pays d’accueil. Elles posent néanmoins d’énormes problèmes par leur envergure et par les conditions dans lesquelles elles s’effectuent.
Les migrations par voie de mer s’effectuent sur des petites embarcations en mauvais état, surchargées (des dizaines, voire des centaines de personnes sur des navires de moins de 10 mètres de long ou des pneumatiques) en hiver, dans de mauvaises conditions météorologiques : elles conduisent la plupart du temps à des opérations de sauvetage à grande échelle.

En Méditerranée en 2014, 200 000 personnes ont été sauvées dans des opérations qui ont impliqué des navires et aéronefs de sauvetage mais également plus de 650 navires marchands qui se sont déroutés pour porter assistance aux migrants naufragés. Malheureusement plus de 3000 personnes ont péri lors de ces naufrages.
Les passages sont organisés par des trafiquants qui, moyennant de grosses sommes d’argent, mettent en péril la vie de milliers de personnes. Dernièrement, ces criminels ont utilisés de vieux cargos en fin de vie et sans équipage (navires fantômes) et les ont abandonnés à quelques milles au large, en route vers la côte (Blue Sky M). Dans un cas récent impliquant 700 personnes, des migrants ont rapporté avoir payé 5000 dollars chacun pour un voyage entre la Turquie et l’Italie.

Les délégations et les représentants des acteurs du monde maritime ont pu échanger afin de déterminer les actions à entreprendre pour faire face à cette situation. De l’avis général, l’approche doit être globale, coordonnée et nécessiter la coopération et une bonne information de l’ensemble des acteurs.

Voici quelques pistes d’actions à poursuivre ou établir :

  • Mettre en place une organisation et des moyens de sauvetage adaptés, ce qui peut inclure une analyse des capacités de recherche et sauvetage des Etats côtiers et une nouvelle définition de la situation de détresse ;
  • Favoriser des voies alternatives de migrations sûres pour éviter les passages dangereux par la mer ;
  • Mettre en place les dispositifs légaux pour poursuivre et condamner les trafiquants ;
  • Préparer les équipages des navires marchands aux opérations de sauvetage de grande ampleur et leur apporter du soutien matériel, financier et psychologiques pendant et après les opérations ;
  • Faciliter le débarquement et la prise en charge rapide des migrants à l’issue des opérations de sauvetage ;
  • Assurer le suivi et la diffusion des données relatives aux migrants via une base de données ;
  • Informer l’opinion publique ainsi que les populations migrantes via les réseaux sociaux notamment ;
  • Prévenir l’utilisation de « navires fantômes » par le respect des obligations en matière de contrôle par l’Etat du port.

Pour en savoir plus :

Voir la vidéo de l’OMI et des agences des Nations Unies

Voir le site de l’OMI qui contient le détail des présentation effectuées pendant la réunion.

Télécharger le guide de la Chambre Internationale du Shipping (ICS) sur le sauvetage de grande ampleur, à l’usage des navires de commerce

Télécharger le guide conjoint de l’OMI, l’UNHCR et l’ICS « Rescue at sea »

publié le 30/03/2015

haut de la page