MEPC 73 - Présentation de l’étude d’impact en vue d’une désignation de la Méditerranée en tant que Zone de Contrôle des Emissions (ECA)

Le 23 octobre 2018, lors de la réunion du 73ième comité de la protection de l’environnement marin (MEPC 73) de l’Organisation Maritime Internationale (OMI), la France a présenté les premiers résultats de l’étude d’impact du projet ECA Med qui vise à ce que cette mer fermée devienne une Zone de Contrôle des Émissions (ECA). Cette mesure permet de réduire les émissions d’oxydes de soufre (SOx) et d’azote (NOx).

Powerpoint - 66.2 Mo
(Powerpoint - 66.2 Mo)

La pollution atmosphérique représente un enjeu sanitaire majeur pour les États riverains de la méditerranée. Même si le secteur maritime n’est pas le premier contributeur de ces pollutions. Il n’en reste pas moins que notre secteur est un contributeur, et un contributeur très significatif dans les zones côtières et portuaires.

JPEG

Dans un contexte d’accroissement des émissions, de réchauffement des températures et de très forte densité de population côtière, la Méditerranée mérite toute notre attention. Comment imaginer aujourd’hui que cette zone si sensible à tous ces facteurs ne bénéficie pas du même niveau de protection que la Manche, la Mer du Nord, la Baltique et la zone USA/Canada, qui disposent d’une ECA ?

PNG

En 2050 environ 470 million de personnes vivront sur les rives de la Méditerranée, soit une augmentation de (291 million par rapport à en 2005).

La méditerranée attire plus de 300 millions de touristes par an. Ce secteur représente une source constante d’emploi (environ 11 % du nombre total d’emplois) et de croissance économique (environ 11 % du PIB de la région). Le patrimoine culturel est une richesse inestimable et l’on connait l’action dévastatrice des particules et, des différents oxydes sur ce patrimoine.

Au regard de ce constat la France, sous l’égide de la Direction des Affaires Maritimes et de la Direction Générale Pour l’Energie et le Climat (Ministère de la transition écologique et solidaire), a lancé une étude d’impacts dès 2017. Cette étude, réalisée conformément à l’appendice III de l’Annexe VI de MARPOL couvre l’ensemble de la Méditerranée.

AVI - 13.3 Mo
media1
(AVI - 13.3 Mo)

Les résultats démontrent significativement le gain pour l’environnement (baisse des principaux polluants) et la santé (morbidité et mortalité).

PNG

PNG PNG PNG

PNG

Ce modèle numérique et l’étude associée sont réalisés par plusieurs entités de très haute expertise :

Elle est pilotée par l’Institut national de l’environnement industriel et des risques (INERIS), L’institut a pour mission de contribuer à la prévention des risques que les activités économiques font peser sur la santé, la sécurité des personnes et des biens, et sur l’environnement.

Le CEREMA (Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement) qui dispose d’une expertise sur l’analyse et le traitement des données AIS (Automatic Identification System)

Le CITEPA (Centre Interprofessionnel Technique d’Etudes de la Pollution Atmosphérique) est le centre national d’expertise sur les questions de facteurs d’émissions ;

Le Plan Bleu est l’un des Centres d’activités régionales du Plan d’Action pour la Méditerranée (PAM) du Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE), mis à disposition par la France depuis 1977.

La France souhaite que cette étude puisse apporter des réponses aux interrogations sur le bénéfice de cette démarche.

Les résultats de l’étude seront présentés au REMPEC qui est l’instance appropriée pour discuter entre États riverains de la Méditerranée.

Les médias en parlent :
Hellenic Shipping News
The Maritime Executive
Sea News

publié le 05/11/2018

haut de la page