Combustibles à faible point d’éclair et gaz : adoption des nouvelles règles

Lors de la 95ème session du Comité de la Sécurité Maritime (MSC95), le Recueil international de règles de sécurité applicables aux navires qui utilisent des gaz ou d’autres combustibles à faible point d’éclair (Recueil IGF) a été adopté.

Ce nouveau recueil, associé à des amendements à la convention SOLAS rendant son application obligatoire, s’appliquera aux navires construits après le 01 janvier 2017.

Il a été élaboré afin d’encadrer l’usage de combustibles alternatifs à faible point d’éclair, en particulier le gaz naturel liquéfié (GNL), dont l’usage s’est développé ces dernières années pour répondre aux normes relatives à la pollution atmosphérique provenant des navires.

Le point d’éclair ou point d’inflammabilité (en anglais : flash point) correspond à la température la plus basse à laquelle un combustible émet suffisamment de vapeurs pouvant s’enflammer sous l’effet d’une source de chaleur. Il est de -136°C pour le GNL (méthane), -43°C pour l’essence ou 38°C pour le kérosène.
La relation entre le point d’éclair des combustibles et le risque d’incendie est fondamentale et c’est la raison pour laquelle le point d’éclair minimum des combustibles marins autorisés par la Convention SOLAS est de 60°C. Les fuel-oils et diesel-oils marins ont donc un point d’éclair supérieur à 60°C.
L’utilisation du GNL ou d’autres combustibles alternatifs à point d’éclair inférieur à 60°C représente donc un défi en matière de sécurité et a conduit à l’élaboration du Recueil IGF qui prévoit des solutions techniques et opérationnelles pour minimiser les risques.
Le Recueil prévoit des dispositions obligatoires relatives à l’agencement, à l’installation, au contrôle et à la surveillance des machines, de l’équipement et des systèmes qui utilisent des combustibles à faible point d’éclair, afin de réduire le plus possible les risques auxquels sont exposés le navire, son équipage et l’environnement. Il traite de tous les domaines auxquels il faut prêter une attention particulière en vue d’utiliser des combustibles à faible point d’éclair. Il repose fondamentalement sur l’approche fondée sur des objectifs. Par conséquent, des objectifs et des prescriptions fonctionnelles ont été définis pour chaque section de façon à former le fondement de la conception, de la construction et de l’exploitation des navires.
Dans sa version actuelle, le Recueil ne comprend que des règles applicables au GNL utilisé comme combustible. Des règles relatives à d’autres combustibles à faible point d’éclair comme l’hydrogène (piles à combustible), les alcools méthylique/éthylique ou les diesels à faible point éclair y seront ajoutées au fur et à mesure qu’elles seront élaborées par l’Organisation.
Le comité a également adopté des amendements à la Convention et au Code STCW afin d’intégrer les exigences de formation et de qualification des marins embarqués sur les navires soumis au Recueil IGF.

publié le 01/10/2015

haut de la page