64ème comité de la coopération technique – 11 au 13 juin 2014

Du 11 au 13 juin 2014, le 64ème comité de la coopération technique s’est réuni au siège de l’Organisation Maritime Internationale
Le secrétaire général de l’OMI a évoqué quelques points clés de l’action de l’OMI en matière de coopération technique :

Le SG s’est déclaré particulièrement préoccupé par la sécurité des navires à passagers effectuant une navigation domestique (qui n’entrent donc pas dans le champ d’application de la convention SOLAS). Les accidents impliquant ce type de navires ont causé la mort de près de 3000 passagers en 2 ans et demi. Certains aspects de ce problème peuvent être traités au sein du comité de la coopération technique comme :

  • la promotion de l’ensemble de règles adaptées aux navires de petite taille ou effectuant des voyages nationaux, appelés navires non-conventionnels, et reconnues par l’OMI (Globalregs),
  • le Programme Intégré de Coopération Technique (PICT) qui peut intégrer la mise en œuvre de ces règles,
  • l’élaboration de vadémécums sur les effectifs, la formation des équipages ou les normes de construction.
    Le SG a insisté sur la nécessité d’inciter les Etats membres à ratifier les conventions afin qu’elles puissent entrer en vigueur.
    Le SG a également souligné la nécessité de renseigner pour les Etats membres la rubrique « profil maritime du pays » dans la base de données Global Integrated Shipping Information System (GISIS), celle-ci devant servir de base à l’identification des besoins de coopération technique.
    Enfin le SG a prédit que la mise en œuvre du système d’audit obligatoire des Etats membres devrait également aboutir à une meilleure identification des besoins.

Le rapport d’activités 2013 a été examiné. Au total, 292 activités de coopération ont été menées en 2013, dont 24 étaient des missions consultatives et d’évaluation des besoins et 119 étaient des cours de formation nationaux et régionaux. Les autres activités, relatives notamment aux législations types, aux modules de formation, aux réunions des chefs des administrations maritimes, aux conférences et autres aspects particuliers de l’assistance technique, se sont multipliées en 2013, 92 événements de ce type ayant été organisés, contre 69 activités semblables menées en 2012.
Dans le cadre du PICT, les délégations ont fait état de leurs actions de coopération de 2013 et/ou de leurs besoins.
Les actions de coopération technique de la France sont nombreuses et variées. 2 d’entre elles s’inscrivent dans le programme intégré de l’OMI :

  • un partenariat en cours avec l’Institut Portuaire d’Enseignement et de Recherche (IPER) du Havre qui assure une session de formation de 5 semaines chaque année sur la gestion des opérations portuaires ;
  • un arrangement administratif conclu entre la Direction des Affaires Maritimes et l’OMI en juin 2013, offrant la mise à disposition de locaux et d’experts pour des actions de CT dans les régions d’outremer, en particulier dans la caraïbe et en océan indien.

Le secrétariat de l’OMI a présenté son action en matière de promotion et de valorisation de la place des femmes dans le secteur maritime via la formation, le développement des carrières et en soutenant l’intégration de ce point la politique maritime des Etats membres.
Ce sujet s’inscrit en phase avec l’Objectif du Millénaire pour le Développement n° 3 de l’ONU (Promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes)
De nombreuses délégations ont fait état de leurs initiatives ou réalisations sur ce sujet. Une proposition a émergé visant à indiquer la politique et la place des femmes dans le « profil maritime du pays » de la base de données GISIS

Il a été procédé à la réélection de Mme Nancy Karigithu (Kenya) comme Présidente et de M. Zulkurnain Ayub (Malaisie) comme vice-président du comité.

publié le 30/07/2014

haut de la page