103ème comité de la sécurité maritime (MSC)

Ce matin s’ouvre le 103ème comité de la sécurité maritime (MSC) de l’Organisation Maritime Internationale (OMI). Durant 10 jours le comité va examiner plus de 200 propositions visant à améliorer et faire évoluer la sécurité du transport maritime.

La France est un contributeur important des travaux du comité de la sécurité maritime (MSC) en soumettant 19 propositions. La délégation française va en particulier défendre des mesures visant à limiter les risques liés au gigantisme croissant des navires, en rendant obligatoire la présence de moyens de remorquage d’urgence pour les plus grands navires.

La question des pertes de conteneurs est importante et l’actualité récente l’a rappelée. Aussi la France en association avec les Etats membres de l’Union européenne va proposer un renforcement des mesures relatives à la détection, à la notification obligatoire des conteneurs perdus en mer afin d’améliorer le positionnement, le suivi et la récupération de ceux-ci.

A noter également d’autres propositions :
• Renforcement des échanges et de la communication des Etats concernant leurs stratégies de vaccination des marins (COVID-19), pour éviter les difficultés dans les relèves des équipages ;
• Contribution à l’analyse des impacts réglementaires pour la définition d’un cadre juridique pour les navires autonomes (MASS) ;
• Définition d’un nouveau moyen de diffusion de renseignements de sécurité maritime (NAVDAT - système de données numériques de navigation) ;
• Création d’un fond dédié à la diffusion des renseignements de sécurité maritime afin de réduire les coûts liés à leur diffusion ;
• Invitation de tous les Etats membres de l’OMI à signer avant le 26 janvier 2022 la Convention transformant l’Association Internationale de Signalisation Maritime en une organisation intergouvernementale, qui portera le nom d’Organisation internationale pour les aides à la navigation maritime.

Avec pour cette session une délégation de 24 experts, répartis dans les 4 groupes de travail au programme, la France reste active et engagée au sein de l’Organisation pour adapter la sécurité et la sûreté du transport maritime aux nouveaux enjeux.

publié le 06/05/2021

haut de la page